Wiki-en veut du vieux:)?
Bienvenu dans le Forum (et for Femmes:)!) des 'wikinenveut'Smile!
On y discute de tout les sujets, concernant l'exclusion, le droit des pères, l'écriture et l'art en général, mais surtout et sinon de Linux et des Logiciels Libres et des NTIC, par et pour les gens de R.2000:)!
Everybody welcomes at Home:)!
Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Shopactif


Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland



Ecrits divers :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ecrits divers :

Message  Admin le Jeu 23 Juil - 15:09

Ecrits divers :

Les mots de la fin

Si l'histoire retient de préférence les dernières phrases prononcées par les grands hommes au moment de leur mort, c'est sûrement parce que les premières de ces mêmes célébrités étaient d'une affreuse banalité : Areuh, areuh – Maman – Papa – Lolo...
Au moment où il sent approcher l'ultime seconde, au moment où il entrevoit l'envers du miroir, il est permis de penser qu'un personnage célèbre a peut-être envie de délivrer aux vivants un message qui soit le résumé de toutes son existence ? Les phrases qui suivent risquent fort de décevoir les lecteurs. A ceux-ci, il reste la ressource de se dire que la plupart d'entre-elles sont sûrement apocryphes.
L'empereur Néron – Selon Suétone – aurait dit au moment de mourir des mains de son esclave affranchi : Qualis artifex pereo ! C'est-à-dire : quel artiste périt avec moi !
Rabelais : Tirez le rideau, la farce est terminée !
Le grand Montaigne n'avait pas peur d'avouer : Ce n'est pas la mort que je crains, mais de mourir.
Et le musicien Rameau n'était guère content lui non plus : Que diable me chantez-vous là, Monsieur le curé, vous avez la voix fausse !
Chamfort : Ah mon ami, je m'en vais de ce monde où il faut que le coeur se brise ou se bronze – Et un moment plus tard, refusant l'Extrême onction : je vais faire semblant de ne pas mourir.
Et le général Ney commandant lui-même son peloton d'exécution : Soldats, droit au coeur !
L'abbé Bossuet, mathématicien célèbre se trouvait depuis plusieurs heures dans le coma lorsque l'un de ses amis lui dit à l'oreille : Le carré de 12 ? - 144 ! dit Bossuet en rendant l'âme.
A. de Musset : Dormir, enfin ! Je vais dormir !
Hector Berlioz, avec une infime tristesse : Ah ! Quel talent je vais avoir demain ! - Et puis : Enfin, on va maintenant jouer ma musique !
Victor Hugo : C'est ici le combat du jour et de la nuit ! Allons ! Il est bien temps que je désemplisse le monde ! (Ses derniers alexandrins !).
Villiers de l'Isle Adam, mourant à l'hôpital dans la plus grande misère : Eh bien ! Je m'en souviendrai de cette planète !
Oscar Wilde, recevant la note de son médecin : Je meurs vraiment au-dessus de mes moyens !
Clémenceau, voyant arriver un prêtre : Enlevez-moi ça !
Pour la fin – c'est le cas de le dire ! - nous avons gardé deux phrases particulièrement touchantes dans leur naïveté spontanée : la Vicomtesse d'Houdetot, morte jeune de tuberculose : Je me regrette ! Et le grand industriel Rizzoli : Mais je ne peux pas mourir, je suis l'homme le plus riche d'Europe.
Il n'y a rien à rajouter... sauf un mot peut-être :

Fin'

--
avatar
Admin
Admin

Messages : 17
Date d'inscription : 06/05/2008

http://wikienveut.forumsactifs.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ecrits divers :

Message  Micau le Mer 12 Aoû - 23:28

Et bien mon texte préféré moi, c'est celui de R. Kipling ; 'Tu seras un Homme mon fils' Smile!

'Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre en un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir,
Si tu peux être amant sans être fou d’amour ;
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et , te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles,
Sans mentir toi-même d’un mot ;
Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les Rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frères,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur
Rêver, sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser, sans n’être qu’un penseur ;
Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu peux être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer triomphe après défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront ;
Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un Homme, mon fils.

Rudyard KIPLING

--

Micau

Messages : 375
Date d'inscription : 23/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum